Skip to main content

Coincé entre les obligations d’ordre professionnel et la vie de famille, le recours à la crèche en ce qui concerne la garde de son bout de chou devient parfois inévitable. Pour qu’elle (crèche) soit aux goûts de ses hôtes, c’est-à-dire des bébés, divers aménagements ludiques y sont effectués. À cela s’ajoute aussi tout le professionnalisme dont fait montre le personnel. Cependant, force est de constater que certains enfants, même en considération de ces paramètres, ne se sentent toujours pas à l’aise et n’hésite la moindre minute à fondre en larme. Pour quelles raisons votre bébé pleure-t-il à la crèche ? Occasion de le savoir !

Absence de la figure d’attachement primaire

Parmi les raisons pour lesquelles un bébé fond en larme, il y a l’absence de la figure d’attachement primaire qui est généralement l’un des parents. En effet, dès ses 10 premiers mois, l’enfant prend pour son véritable proche, l’adulte qui répond instantanément à ses besoins et qui le porte régulièrement dans ses bras.

En le mettant donc dans une crèche, le bébé ressent cette absence de son protecteur et a l’air d’être dans les mains d’un inconnu et de surcroît dans un lieu qui est autre que celui qui lui est habituel.

C’est cet éloignement de la figure d’attachement et l’extranéité de l’établissement qui pousse l’enfant à pleurer. Dans ces conditions, l’adaptation en crèche d’un bébé pourrait se révéler difficile, sauf si les mesures idoines sont prises à temps.

Les pleurs comme seul moyen d’expression de ses besoins

Contrairement à un adulte qui peut parler et extérioriser ses envies, un bébé n’a que les pleurs pour se faire entendre. Il s’agit là d’une méthode de communication qui lui est propre. Passant toutes ses journées à la crèche, il est tout à fait normal qu’il pleure régulièrement dans cet établissement pour exprimer ses besoins.

Il y a l’envie de manger ou de boire, le souhait de se faire porter au dos ou d’être mis à l’abri de la chaleur ou de la fraîcheur, de se faire changer de vêtements devenus gênants, car humide en raison des selles ou de l’urine.

N’étant plus avec ses parents qui peuvent parfois deviner ses besoins, il faut comprendre qu’il a pour unique moyen, les cris et pleurs afin d’alerter son entourage de sa situation. Comment habituer son bébé à la crèche ? Dans ces conditions, il faudra juste répondre présent à chaque alerte.

Les exigences vitales ne sont pas les seules à être exprimées. Ses larmes traduisent aussi ses émotions négatives comme la tristesse, la peur, la colère, etc. Qu’il vous souvienne, l’objectif en plaçant l’enfant dans une crèche, c’est de l’habituer à vivre en société avec ceux de son âge. Une vie en communauté qui peut parfois offrir des faits désagréables.

Début ou Persistance des coliques

Il est souvent fréquent d’entendre la personne responsable de la crèche vous faire part, durant le résumé de la journée de votre bébé, de la régularité des pleurs de ce dernier. Oui, même après tant de soin et d’attention, votre bout de chou pourra toujours pleurer. Il s’agit là d’une colique qui est soit à son entame ou à son paroxysme.

Les larmes du bébé, d’antistress « naturels »

Il faut comprendre que les pleurs sont normaux et qu’ils n’ont rien de dangereux. Au contraire, ils permettent à l’enfant d’évacuer les toxines dues au stress. En d’autres termes, le bébé pleure lorsqu’il souhaite passer de la désolation à un état de bien-être.

Comment se déroule une adaptation en crèche ? Pour que le bout de chou soit moins stressé, c’est simple, il faudra lui faire découvrir son environnement tout en lui faisant ressentir un sentiment de sécurité.

Si d’une manière ou d’une autre vous avez connu la joie de la maternité, retenez que votre enfant pourrait pleurer pour diverses raisons. Des causes qui, faut-il le rappeler, ne sont toujours pas mauvaises.

Informations

Laisser un commentaire